Informations Presse

Communiqué de Presse

Mai 2011

Éléments pour la Presse

Visuels OENOVIDEO en haute définition

Crédit Photo : OENOPLURIMEDIA

Les informations de cette rubrique sont libres de copie avec mention d'origine.

18e Festival International des films documentaires
et fiction sur la vigne et le vin
6e Exposition Internationale de photographies sur la vigne et le vin

Festival Oenovidéo : Tout le monde du vin sur grand écran

Pendant 4 jours, du 2 au 5 juin, à Arbois, cité vigneronne jurassienne, de grands moments de rencontre internationale, entre le monde du cinéma et du vin, ont vu le jour. Parmi les 30 films nominés - sur 98 films de 17 pays en compétition - 12 films d’exception sur la vigne et le vin viennent d’être primés par le Grand Jury présidé par Yves Omer et les Jurys partenaires.

Tout au long de cette 18e édition du Festival International Oenovidéo, les festivaliers ont découvert, en compétition, des films inédits venus de tous horizons : Allemagne, Chili, Croatie, Danemark, Espagne, France, Italie, Russie, Uruguay, USA, Suisse. « Les festivaliers, émus, surpris, conquis, plongent avec délice dans cet océan d’images grandioses rapportées du monde entier. » partage, avec nous, Yves Omer, Président du Grand Jury Oenovidéo 2011 après quatre jours de projection intense.

Le Festival Oenovidéo est devenu, année après année, un rendez-vous incontournable pour tous les professionnels du cinéma (producteurs, réalisateurs, scénaristes…), du vin (viticulteurs, responsables marketing, enseignants…) et pour tous les amateurs avertis qui souhaitent découvrir les images les plus récentes sur la vigne et le vin.

La puissance des images et le talent de jeunes « réalisateurs-vignerons » se distinguent au sommet du palmarès Oenovidéo 2011

Plusieurs jeunes réalisateurs sont récompensés cette année. Leurs productions sont le fruit d’une subtile alchimie entre : force des images, puissance de l’émotion, beauté des paysages, et profond respect pour ceux qui font le vin. Leur intime connaissance du vin et leur virtuosité de réalisateur font émerger des films passionnants. Images, mouvements et musiques s’associent et renouvellent notre découverte intime de la vigne et de vin.

Les 12 meilleurs films sur la vigne et le vin 2011

Le Grand Prix a été attribué au film « La clef du terroir » du jeune vigneron-réalisateur Guillaume Bodin. Ce documentaire touchant met en avant de jeunes viticulteurs, curieux et inventifs, en recherche de ce qu’il y a de plus juste pour les générations futures. « Oenovidéo est une véritable source d’inspiration inépuisable – elle se renouvelle chaque année - pour tous ceux qui souhaitent réaliser des images sur la vigne et le vin. Le vin est un domaine où il n’y a pas de limite à la connaissance. On peut toujours aller plus loin » déclare Guillaume Bodin, qui suit pour la seconde année, les projections d’Oenovidéo.

Le meilleur court-métrage est décerné au documentaire « Un ano en pago de los Capellanes » de l’espagnol Javier Rodero. Le Prix de la meilleure image récompense le film « Une année vigneronne » des Suisses Françoise Monachon et Gabriel Basso. Le meilleur film destiné aux professionnels est « Quatre saisons de la Romanée Conti » de Thomas Maza. Le meilleur scénario est « Les ouvriers de la Terre » de Jean Marie Barbe. Le meilleur long-métrage pour « Archevitis » de l’italien Nereo Pedersolli. Deux Mentions spéciales émergent : Émotion pour « Maye et Fils » de David Maye et Humour pour « Système Dumont » un format court de Jérôme Guiot qui remporte aussi le Prix du Public. Notons aussi les prix attribués aux films « Saint Bacchus, le rêve américain » de Roger Buss, « Planète liège TV, les aventures des petits bouchons » de David Delvallé et « Blood into Wine » de l’américain Ryan Page.

Projections au cœur du centre historique de la cité vigneronne d’Arbois : Quatre jours de rencontres et de découvertes

Arbois, la petite cité comtoise de caractère, pays de Pasteur, père de l’œnologie moderne, et capitale des vins du Jura a merveilleusement bien accueilli les festivaliers d’Oenovidéo. À taille humaine, ses ruelles pittoresques et ses caves splendides se sont grande ouvertes pendant quatre jours aux festivaliers. La convivialité réputée des arboisiens, la beauté des paysages viticoles et la délicieuse gastronomie jurassienne étaient au rendez-vous pour un spectacle autant, à l’intérieur, dans la pénombre de la salle de projection qu’à l’extérieur.

Un Festival « Off » : durant toute la durée du festival ,des films sur la vigne et le vin du Jura et d’Arbois primés lors des précédentes éditions d’Oenovidéo ont été projetés : « Vins, vignes, vignerons d’Arbois » (Meilleur Long Métrage 2007), « Les 4 Saisons des 5 Sens » (Prix de la meilleure action d’intérêt général 2010) et « Le mystère du vin jaune  » (Prix Paysage et environnement 2009). Les festivaliers ont pu aussi prendre part à des spectacles et dégustations tous les soirs du festival.

De nombreuses expositions sur la vigne et le vin dans les églises, musées et rues d’Arbois : « Vin de l’ivresse, vin de la sagesse » à l’Église Saint-Just, « Le vignoble jurassien, de la vigne à la cave » dans les rues d’Arbois, « Pays du Revermont : Paysage et architectures vigneronnes » au Musée de la Vigne et du Vin du Jura et « Pasteur, des maladies du vin… aux maladies humaines » à la Maison de Louis Pasteur, « Cinéma en Jura et Massif Jurassien » autour des affiches de Jean-François Stevenin, auteur et acteur jurassien.

Terroirs d’images 2011 : Mariage intime entre arbres et bois, de la vigne à la cave

Terroirs d’images sélectionne et met en avant chaque année les meilleurs travaux de photographes amateurs et professionnels autour d’un thème différent. Cette année, le thème est « Arbres & bois, de la vigne à la cave ».

109 photographies d’exception, officiellement sélectionnées, ont composé la 6e exposition internationale de photographies sur la vigne et le vin. Plus de 1 500 œuvres de 168 photographes amateurs et professionnels, en provenance de 18 pays étaient en compétition. Jusqu’au 30 juin, ces photographies sont exposées dans les magnifiques caves voûtées de l’hôtel de ville, ancien couvent des Ursulines, jusqu’à la révolution française, c’est l’Arbois souterrain et magnifique qui se dévoile (Caves de l’hôtel de ville à Arbois). Les créations de Pascal Regaldi, photographe Arboisien, sont également mises en avant.

Une vingtaine de photographies finalistes seront retenues sur les 109 exposées. Parmi elles, une se verra décerner le Grand Prix International de la photographie sur la vigne et le vin 2011 remis par Bayer CropScience et la Revue des Œnologues et sera doté d’un magnifique trophée en bois naturel de chêne et d’acacia spécialement créé par le designer David Lefort. Le thème 2012 est déjà connu : « Toutes les couleurs de la vigne au verre ».

Les 12 meilleurs films sur la vigne et le vin 2011

Présidé par Yves Omer, le Grand Jury est composé de professionnels du vin et du cinéma. Après plusieurs heures de délibération, le Grand Jury et les jurys partenaires ont annoncé le palmarès 2011.

Le palmarès Oenovidéo 2011 récompense trois premiers films de jeunes réalisateurs qui ont en commun d’avoir à la fois une connaissance intime du monde du vin et un véritable talent de cinéaste. Guillaume Bodin, jeune cinéaste-vigneron, remporte le Grand Prix Oenovidéo 2011 pour un très beau film témoignage sur la biodynamie. Javier Rodero, jeune réalisateur espagnol remporte le Prix du Meilleur Court Métrage pour un film dans lequel musique et images s’harmonisent à merveille autour de la propriété familiale dans lequel il a grandi. Enfin, David Maye, jeune cinéaste suisse remporte la Mention spéciale « Émotion » du Grand Jury pour un film d’une rare sensibilité sur les liens père-fils au sein de sa famille vigneronne dans le Valais.

Le Trophée Spécial du Grand Jury et le Prix VSPV ont été attribués à « La clef du terroir » du très jeune cinéaste-vigneron Guillaume Bodin. Ce documentaire touchant met en avant de jeunes viticulteurs, curieux et inventifs, en recherche de ce qu’il y a de plus juste pour les générations futures. La « Clef des terroirs » est un témoignage éloquent sur la viticulture biodynamique. Son grand mérite est de revisiter les idées préconçues sur la biodynamie comme pratique culturale ésotérique, passéiste ou utopique. Durant 82 minutes, la biodynamie prend corps à travers l’expérience vécue de ceux qui la pratique, quelques-uns des vignerons emblématiques de cette approche en Bourgogne, Vallée de la Loire et Languedoc. « C’est finalement autant une philosophie de vie qu’une méthode d’agriculture » résume Guillaume Bodin. D’une excellente qualité technique ce film est diffusé en salle de cinéma depuis mars 2011. www.laclefdesterroirs.com

Le Trophée du meilleur court-métrage est attribué à « Un ano en pago de los Capellanes » du jeune réalisateur espagnol Javier Rodero. Ce documentaire de 13 minutes retrace avec élégance et poésie un an de silence, d’eau, de glace, de vent, de calme, de furie, de terre, de chaleur, de couleur, de changement. Un regard intime posé sur le paysage de la Ribera del Duero (la rive du Duero) qui séduit nos sens à chaque moment. On a le sentiment privilégié que cet enfant du pays nous mène dans des recoins secrets du vignoble familial de Pago de los Capellanes sur les traces d’une enfance inoubliable entre tendresse et patience, le berceau des grands vins. Ce jeune réalisateur a plusieurs cordes à son arc : il est aussi le compositeur de la très belle musique originale de ce film et il sait également s’entourer d’une équipe de grand talent : Gina Ferrer aux images, Salvador Fornieles pour l’interprétation et l’arrangement musical, Pablo Juncadella comme directeur artistique. Un travail tout en finesse sculpté avec sensibilité, aucun aspect n’est négligé : musique, photographie, montage.

La Mention spéciale « Émotion » est attribuée au court-métrage « Maye et Fils » du tout jeune réalisateur suisse David Maye. Encore sur les bancs de l’École Cantonale d’Art de Lausanne (ECAL), il réalise son premier film documentaire. Né en Valais, issue d’une famille de vigneron, il compose un film d’une intense émotion sur la relation au père. À l’heure où le patriarche, son grand père, vit ses derniers moments, c’est tout une histoire de transmission, de labeur, d’attachement à la vigne mais aussi de fêlure familiale qui émerge de cette relation d’une extrême pudeur entre filmés et filmeur. C’est aussi l’histoire d’une réconciliation qui transparaît avec une rare sensibilité. Ce film a été sélectionné à de nombreuses reprises (Prix Action Light, Festival du Film de Locarno, Visions du Réel de Nyon…). David est aussi un dessinateur prolixe qui réalise de très beaux carnets de voyages. Un bel avenir de création s’ouvre à lui.
Oenovidéo 2011 nous conduit à la découverte de contrées et de vignobles secrets de la Géorgie à la Bourgogne en passant par la Suisse. Ces très beaux vignobles nous plongent dans de splendides paysages à sillonner sans modération.

Le Trophée du meilleur long-métrage est attribué à « Archevitis » du réalisateur italien Nereo Pedersolli (Sirio Film Production). Ce film nous conduit, à travers le Caucase, jusqu’aux racines de la vie et de la vigne. On a découvert avec un immense intérêt des terroirs traditionnels qui recèlent des aspects qui gagnent à être connus. À travers des éléments historiques et scientifiques, ce film nous conduit étape par étape de Tbilissi en Géorgie à Isera en Italie. Dépaysement garanti.

Le Trophée du meilleur film destiné aux professionnels est attribué au film « Quatre saisons de la Romanée Conti » de Thomas Maza (coproduction France Télévisions et La Compagnie des Phares et Balises). Ce long-métrage de 52 minutes est le fruit d’un réalisateur français journaliste, spécialiste du vin et dégustateur. Sa caméra entre pour la première fois pendant une année au cœur de ce vignoble si secret à la découverte de ce vin mystérieux et prestigieux. Ce film passionnant pour les professionnels et le grand public met à jour la fascination exercée par ce vin.

Le Trophée de la meilleure image, le Prix FIJEV et le Prix Paysages et Environnement de Bayer CropScience récompensent le film « Une année vigneronne » des réalisateurs suisses Françoise Monachon et Gabriel Basso (Anysceen production). Le Prix Paysages et Environnement récompense le film français ou étranger montrant la meilleure valorisation des paysages viticoles et du respect de l’environnement. Le Prix FIJEV récompense le film qui met en évidence le meilleur portrait d’un homme ou d’une femme marquant du monde du vin. Le Grand Jury et les jurys partenaires ont été touchés par ces magnifiques images, un kaléidoscope haut en couleurs qui emmène le spectateur avec rythme et élégance au fil des étapes de la création du vin. Ce documentaire de 22 minutes d’une grande qualité cinématographique séduit par un montage particulièrement original : plusieurs plans parallèles décrivent la succession des travaux à accomplir tout au long des saisons. La narration, le journal d’un vigneron de Lavaux, fait ressentir tout l’attachement des hommes à ce vignoble. On découvre avec émotion, dans les plus infimes détails, ce paysage viticole hors du commun.

De l’Ardèche aux États-Unis en passant par la Vallée du Rhône et le Roussillon, Oenovidéo 2011 récompense les portraits passionnants et étonnants d’hommes et de femmes qui nous permettent de partager les liens sociaux et économiques de cette filière intimement liée à la terre.

Le Trophée du meilleur scénario est attribué à « Les ouvriers de la Terre » de Jean-Marie Barbe (Ardèche Images Production et Coproduction TV Arte France). Pilier du Festival « États généraux du documentaire » de Lussas, Jean-Marie Barbe, réalisateur indépendant, dresse au fil des saisons et sur une année, le portrait de femmes et d’hommes, enfants de la terre et ouvriers agricoles et viticoles. Humberto, Christian, Guy, Carmen vivent ou plutôt survivent au gré des durs travaux saisonniers. Tour à tour vendangeurs, chicoteurs, cueilleurs de fruits, ils s’inventent des temps de vie et de liberté bien à eux, dans un monde agricole désemparé entre une modernité subie et un archaïsme nostalgique sans avenir. Ce film d’auteur de 63 minutes présente une réalité méconnue ; celle des petits gens de la terre. Un vivant hommage plein de bienveillance humaniste.

Le Trophée du meilleur film Promotion des ventes est attribué à « La terre, le vin, l’argent » de Vincent Hérissé (Production Amda Production et France Télévisions Pôle Sud-Est). Ce documentaire d’une durée de 52 minutes dresse le portrait de trois vignerons de la Vallée du Rhône et raconte la façon dont ils vivent et ressentent la transformation brutale de leur environnement économique due à la surproduction mondiale de vin et la diminution de la consommation nationale. Vincent Hérissé, journaliste, rédacteur en chef de magazines télévisuels, croise avec talent les portraits de Vincent Charmasson, Marcel et Philippe Guigal et les Saladines. Ces parcours différents reflètent bien l’univers contrasté des producteurs de vin.

Le Prix Savour Club du meilleur film Aventures et Découvertes a été décerné à « Blood into Wine » des réalisateurs américains Ryan Page et Christopher Pomerenke. Le Prix Savour Club a été créé pour récompenser le film mettant le mieux en valeur des aventures, explorations, découvertes dans les mondes du vin, qu’il s’agisse de vignobles extrêmes, de viticultures héroïques, de nouvelles latitudes ou d’aventures plus proches mais aussi extraordinaires. « Blood into Wine » retrace l’histoire inattendue de Maynard James Keenan, star mondiale de la scène Rock-Metal, qui décide, en 2006, de devenir viticulteur et crée, avec le winemaker Éric Glomski, au prix d’investissements importants et d’un gros travail, des vignobles en plein désert de l’Arizona. Ce film est l’histoire d’une aventure surprenante source de cuvées (notamment Nagual del Judith) qui suscitent l’admiration de critiques comme James Suckling. C’est aussi le portrait d’un personnage complexe, aventurier secret, travailleur, guidé par un engagement réel qui veut inscrire l’Arizona dans le paysage du grand monde du vin, et réfléchit en chemin à son expression comme artiste et comme vigneron. www.bloodintowine.com

Le Prix ANEV de la meilleure action d’intérêt général est décerné au film « Saint Bacchus, le rêve américain » réalisé par Roger Buss (Sud Vidéo Production). Le Prix ANEV récompense le film qui met en valeur le travail des collectivités locales et territoriales et de leurs élus sur le vignoble. L’association Nationale des Élus du Vin récompense ainsi à travers ce très intéressant court-métrage de 16 minutes, l’initiative du Comité Interprofessionnel des Vins du Roussillon pour la promotion des vins et de la région aux États-Unis à travers le concours Saint-Bacchus.

À travers Oenovidéo 2011, le monde du vin plébiscite l’humour et la créativité à l’écran par deux formats très courts, rythmés et imaginatifs.

Le Prix du Public de la Ville d’Arbois et une Mention Spéciale « Humour » du Grand jury sont attribuées au film « Système Dumont », réalisé par Jérôme Guiot, un jeune réalisateur bruxellois et produit par l’agence bourguignonne de production audiovisuelle Chapet Hill (www.chapethill.com). Ce format court de 1 minute 42, très bien rythmé, tient en haleine jusqu’au dénouement final. Surprenant ! Il retrace l’histoire d’un homme, la trentaine, qui prépare dans un bel appartement un dîner aux chandelles. Pour l’accompagner, une bouteille de Gevrey-Chambertin. Le dîner se passe, le flacon descend, Madame apprécie… Au point de prendre le dessert à l’étage. Et là…

Le Prix de l’Imaginarium récompense Planète liège pour deux films d’animation « les aventures des petits bouchons », réalisés par David Delvallé (production Studio Minibus) (www.studiominibus.com). Ce Prix récompense le film français ou étranger le plus imaginatif, créatif, inventif et visionnaire dans sa réalisation globale offrant des instants magiques, poétiques et festifs. Créés pour une diffusion sur le site internet Planeteliege.com, ces 2 formats courts reprennent les codes du journal télévisé et mettent en scène avec humour dans des décors « faits maison », la vie quotidienne de petits bouchons en liège. Destinés à un large public, ces films ont une vocation éducative et pédagogique, en vue de lutter contre certaines fausses idées reçues : nécessité de couper des chênes pour faire des bouchons de liège ou encore le manque de liège pour satisfaire la demande ! Films visibles sur les liens www.vimeo.com/12824938 et www.vimeo.com/12974946.

Arbois
Jura - France

À l’invitation de la ville d'Arbois